Les lapins de Pâques Campenaires

Photo de Gwendoline ( merciii) et ma façon personnelle de déjouer la méchanceté gratuite …..

Organisation des Folies Campenaires, Week end printanier  des 28 et 29 mars 2015

 

 

lapin de Pâques

 

Depuis plusieurs jours, deux gentils Lapins de Pâques jumeaux gardent notre beau village de Stambruges, clin d’oeil et sourire aux passants, automobilistes et petits enfants.

Le premier vous salue à quelques pas du Moulin Frison , l’autre en vis-à-vis du Moulin Patyn.

Intriguée de leur présence, je suis allée les questionner, et voilà ce qu’ils m’ont répondu : » Connais-tu la légende de la pluie de Pâques, légende venue du temps des meuniers et des baudets campenaires ? « 

Non leur ai-je répondu, alors ils poursuivirent :  » Il est dit qu’à quelques temps de la Grande Fête de Pâques, deux Lapins géants seront envoyés par Marie Pontoise, notre Cloche en chef afin d’avertir tous les enfants sages de la grande pluie d’oeufs en chocolat qui se déroulera le Week-end avant Pâques. Et voilà, nous voilou ! »

Je les ai remerciés, heureuse de découvrir cette merveilleuse histoire et surtout ravie de cette future pluie d’oeufs, parce que comme beaucoup d’enfants sages, j’adore le chocolat. Je les ai quittés en leur promettant de venir régulièrement les saluer.

 

Ce matin, passant près du moulin Frison j’espérai rencontrer le Lapin de Pâques, il avait disparu ! A sa place un énorme cercle noir. 

Inquiète, j’ai couru auprès du Lapin du Moulin Patyn lui annoncer l’horrible nouvelle.

 » Sois rassurée, n’écoutes pas les histoires qui courent sur le village, il est juste en mission « 

En mission ? Mais quelle mission est-elle plus importante que de garder sur notre village son air de fête ? lui ai-je demandé.

Je te raconte me dit-il.

Un enfant d’un village lointain a entendu notre Marie Pontoise raconter au chef de son village la présence des deux Lapins de Pâques gardiens du village campenaire.

Cet enfant fut si triste de ne pas les voir, que ses larmes coulèrent sur ses joues. Il pleura si fort , si loin que le vent porta sa tristesse jusqu’à nos longues oreilles. 

Tout deux, nous nous sommes concertés et nous avons décidé qu’un de nous deux irait le rejoindre. Tirant à la courte paille, le sort a choisi mon jumeau, le Lapin de Pâques du Moulin Frison. 

Il était urgent de réagir, le ruisseau des larmes de l’enfant du village lointain, avait couru jusqu’à nous.

Un éclair emporta notre Lapin de Pâques du Moulin Frison, afin de sécher les yeux de ce petit enfant, laissant sur le sol un cercle de feu. Le ruisseau de larmes, de l’enfant du pays lointain, éteignit d’un coup les flammes qui laissèrent sur le sol le grand cercle noir que tu as vu.

Mon jumeau du Moulin Frison a promis de rentrer dès que le sourire sera revenu sur le visage de l’enfant du village lointain.

Voilà, tu connais la vérité vraie sur la disparition de notre ami commun. »

 

Je quittai rassurée le Lapin de Pâques du Moulin Patyn le remerciant et surtout j’ai du lui promettre de raconter cette histoire pour nos petits campenaires . Voilà qui est fait.

 

 

 

Publicités