Théâtre: 20 ans de Ducasses St Servais : Les Tarées Radieuses.com

 

He03.JPG 

 

Invitation au théâtre

 

Stambruges, salle du mercredi des Cendres

Le samedi 10 novembre 2007 à 19H30

Attention : seconde représentation le dimanche 11/11 à 15H

Les Camp Dyraton vous présentent

 

Les Tarées Radieuses. Com

 

Comédies en 4 actes

 

Réservation à la soirée privée 

Entrée : 2€50

 

Acte 1. 1987 Première Ducasse des Marées Rideuse , Les lègendes

En scène : Le Comité : par ordre de passage : Lorette, Sandy, Lucile, Adeline, Charlène, Elisabeth, Adélaïde, Christiane, Sam, Virginie, Valèrie, Solène, Darwin, Kata

 

 

Lorette en vélo, 2 tours à travers la salle en faisant sonner sa sonnette

 

Sandy revient de ses courses (cabas) Porte du milieu

 

Lorette s’arrête ( bruit de freins qui grincent)

 

Lorette : c’est toi que je cherchais

Sandy : j’ai pas le temps, j’ai ma soupe sur le feu, l’homme , y rentre à 12 heures pile.

On se verra plus tard 

Lorette : attends 2 secondes, tu as des nouvelles de Marie

Sandy : son stage à Saumur se passe  très bien, elle rentre la semaine prochaine. A+ 

( elle ressort en claquant la porte.)

Lorette remonte sur son vélo

 

Lucile entre par la grande porte ( avec plastique sur la tête)

 

Lucile : ( vers le public) 

qué temps t’chié à capiaux ! Je pensais faire mes carreaux, les v’là fait.

Ah bonjour Lorette, tu n’as pas peur de sortir par ce temps là ! c’est les viaux d’mars

Lorette : tu ne vois pas que je roule à l’intérieur !

Lucie : maintenant que tu le dis…….. ;(Lucile fait un geste de la main vers le public)

A part ça, il n’y a rien de nouveau au village

Lorette : il ne se passe jamais rien au village

Lucile : à part chez Myrtil, je ne bouge plus d’m trou.

Lorette : Je suis allée au carnaval de Basècles, le mois passé et crois-moi, là il s’en passe des choses

Ce serait chouette de remettre en route la ducasse du mois de mai.

Lucile :Mooon ! il y a longtemps que c’est tout ; la dernière, c’est du temps ou on a fait s’communion, il ya bien vingt ans.

Qu’est ce que tu veux faire là-dessus, à nous deux.

 

Adeline entre par la petite porte

 

Adeline : Bonjour, je pensais bien vous trouver ici, il y a des nouvelles au coron, valérie a accouché

Lorette : mais non, c’est pour mai

 

Adeline en se tournant vers Lucile : elle roule à vélo ici ! ! ! !

 

Lorette : t’as vu le temps dehors ! ! ! ! ! 

Adeline : j’en viens je te signale

Lorette : tu tombes bien, tu n’as pas envie de te déguiser de faire la fête

Lucile : s’déguiser, s’déguiser, crois-tu que cela soit bien nécessaire avec le temps qui fait : on est ici harnaché  comme des pêcheurs à Ostende.

 

Grande porte : Charlène entre avec ciré jaune, chapeau parapluie

 

Charlène : bonjour Lorette( elle ignore les autres)

Lucile : on ne te vaut plus !

Charlène : (faussement innocente ) A vous êtes là, je ne vous avez pas vues

Lucile : je ne suis pourtant pas une « Buque »

Adeline : tu connais la dernière, Lorette remet en route la ducasse du mois de mai !

Charlène : oh ! moi j’en suis je ferais des tartes

 

Elisabeth par la petite porte

 

Elisabeth : et moi des pizzas

Lorette vers Lucile : et toi tu en es pour finir ?

Lucile : mais oui bien sur, mais là je vous quitte, le rôti va bientôt courir tout seul. On se verra plus tard

Adeline : je rentre aussi il est temps d’aller chercher les enfants à l’école.

Charlène : elle a beau dire Lucile, son homme ne voudra jamais qu ‘elle fasse la ducasse

Lorette : allons, allons moi je suis sure qu’elle trouvera bien le moyen de le convaincre, le dicton est : ce que femme veut, Dieu le veut.

Adéla¨de : ( en haut de la scène, celle qui écoute depuis ¼ d’heure aux portes)

J’ai entendu ce que vous avez dit, attendez, je descends, j’en suis aussi, plus on est de fous, plus on rit, et je vais dire à ma sœur de venir aussi, elle n’a que ça à faire , elle est institutrice.

 

Christiane : ( entre par la grande porte) en fermant son parapluie)

 

Il a arrêté de pleuvoir( en se tournant vers le public)

De quoi êtes-vous en train de parler ? Valérie a accouché ?

Elisabeth : mais tu sais bien que c’est pour mai, laissez le profiter le petit bouchon

Charlène : bon il faut que je rentre, on se voit demain .

Christiane : qu’est ce que vous complotez encore ?

Lorette : oh rien de bien méchant pour une fois, l’idée c’est de reprendre la ducasse du mois de mai ; on cherche des volontaires pour faire le clown

Christiane : je vais voir avec mon homme, mais il ne dit jamais non

 

Sam (entre par la petite porte) (valy en haut de l’estrade avec son gros ventre)

 

Lorette : sam, je suis bien contente de te voir, ta mère , elle a encore des vieux costumes dans ses armoires ?

Sam : des costumes de quoi ?

Christiane : de n’importe quoi, on ne sait pas encore ce que l’on va faire. Du moment que l’on a quelque chose sur le dos .

Adélaïde : il faudrait mieux ( en se tournant vers Christiane) parce dans le cas contraire , je ne crois pas que ton homme il dirait oui !

Sam : de quoi parlez-vous ? mais qu’est ce que vous me voulez ?

Adélaîde : ( mime un pétard) t’as encore fumer la moquette ?

Sam : arrête, tu sais bien que je ne touche pas à cela

Adéla¨de : c’est vrai, c’est naturel chez toi

Lorette : suffit Adélaïde, elle n’est encore au courant de rien du tout

On ne lui a encore rien dit

Sam : ( un peu paniquée)

Mais qu’est ce que l’on doit me dire ?

 

Virginie( entre par la grande porte) qu’est doit dire ?

Christiane : approchez, on va vous expliquer. Lorette à la bonne idée de refaire la ducasse du mois de mai

Sam : la ducasse , mais moi j’ai jamais fait la ducasse

Les autres en cœur : nous non plus !

Sam : ah ! bon.

Virginie : Et vous en êtes déjà où de vos divagations ?

Valérie : attendez-moi , je me pousse, je veux écouter aussi

 

Solène ( entre par la petite porte)

 

Dites on vous entend depuis la maison, qu’y a t’il de si important pour provoquer un tel remue ménage

Adélaïde : un remue ménage, un remue ménage, tu peux parler, quand tu passe dans coron avec ton baladeur à tes oreilles, faut que je tienne mon horloge à deux mains, avec les vibrations de tes décibels, le coucou il sonne la demie à la place de l’heure.

Tire ça de tes oreilles

Voilà , on refait la ducasse du mois de mai, te pose pas de questions ( en lui coupant la chique), on suit . ( elle lui remet le baladeur à l’oreille)

Elisabeth : attendez, à l’époque, le procession sortait, on aérait st Servais, le patron des Fermiers

Il faudra voir cela avec monsieur le curé

 

Valy : on se déguise en quoi, parce que à part une planète, ou une soucoupe, je ne vais pas entrer dans grand chose

Et ou est ce qu’on va trouver des costumes

Sam : m’franc est quéyu , elles viennent de me le demander, je vais aussi demander à ma copine de venir.

Adélaïde : en retirant le baladeur de Solène) tu pourrais téléphoner à Sabrina,

Lorette : bon et bien on se voit demain pour mettre les détails au point , en attendant je vais essayé de voir monsieur le curé

 

(Tout le monde sort par la grande porte, sauf Lorette qui roule toujours en vélo

Lucile entre par la petite porte avec sa brosse pour faire sa devanture)

 

Lucile vers Lorette : tu es encore toujours sur le chemin ! ! ! !

Lorette, j’attends monsieur le curé, les vêpres sont bientôt finies.

 

Adéla¨de : ( revient aussi avec sa brosse)

 

Mais, vous n’avez vraiment rien à faire

Lorette : il faut bien que l’on voit monsieur le curé

Adé : j’ai contacté Collyne, elle est partante

Lorette : il faudra voit avec Marie aussi

Lucile ver adé : t’as vu ce que l’on jette par terre (en ramassant un boîte de coca vide), c’est quand même dégueulasse

Adé : ne te plains pas, avec mon recoin, c’est pas de boîtes de coca que je ramasse ( silence)

Mes poubelles sont remplies de spermatozoïdes qui se sont cassés la figure

( le curé entre par la grande porte)

Bonjour mesdames, je ne vous ais pas vues à messe

Lucile( a voix base)

Celui là c’est un que tu n’as pas jeté à la poubelle

Lorette : Monsieur le curé, que diriez-vous de remettre la procession st servais à l’honneur

Le curé : Pour moi cela ne poserait pas de problème , mais vous rêvez jeune dames, nous n’avons pas de main d’œuvre, et il faut s’entendre avec la fabrique d’église

 

Kata par la grande porte avec une malle : Vir par la petite porte avec des idées.

Bonjour monsieur le curé

Kata : j’ai ramené les costumes que j’ai trouvés dans le grenier à mémére, il faudra les laver, cela sent le mutri

Vir : Lorette j’ai réfléchi

Adé : elle n’ a que ça a faire

Vir : connaissant les campenaires, il faut absolument définir un thème, j’ai pensé aux légendes ou aux petits métiers

Monsieur le curé : Attention, pas mêler une procession avec une fête païenne

Lorette : on pourrait faire un cortège l’après midi  et sortir st servais la matin

Le curé : je vais demander à Ghislaine d’aller voir ce qui reste des anciens costumes au foyer. Ils ne doivent plus être trop catholiques depuis si longtemps

Adé : et c’est pas avec les sous de la quête qu’il achétera du tissu

Kata : bon je remporte tout cela pour les remettre en état

Vir : je vais t’aider, de toute façon, je n’ai que ça à faire

Adé : ça , c’est ma phrase ; Lucile, tu vas user ton trottoir

Lucile vers adél : T’as vu les vieilles fripes qu’elles vont nous mettre sur le dos

Moi , je vais les repasser au dettol

Adé : Dis, il faut des jeunes filles pour porter la ste Vierge, on va demander un e dérogation, sinon elle ne sortira pas, la pauvre.

Le curé : bien je dois aller préparer mon sermon de demain, mais je m’occupe de démarrer la procession ( il sort par la petite porte

Lucile et adé sortent avec leur brosse

Lorette continue de rouler

 

Voix : nous voilà enfin à la ducasse, passage de la première ducasse , les métiers

Kata entouve la porte : Valy a perdu ses eaux   

 

 1988 Les Anciens Métiers

1989 Le Moyen-Age

1990 L’Amérique

1991 La mer

Acte 2   1992 et premier spectacle sous chapiteau L’Europe

 

Le comité sur scène : Lorette , Adé, Marie, Elisabeth, Kata, Valy

En retard : Sandy, Virginie, Christiane, Sam, Sabrina

Les garçons dans le public : Tanguy, Benoît, Darwin

Entrée 

 

Lorette : et bien sur, elles  sont  encore en retard, cela fait la 10ème réunion du comité de la ducasse, elles n’ont toujours pas compris que la moindre des politesses est d’être à l’heure

 

Adé : moooo ! elles trouveront encore bien une excuse, elles ont toujours des excuses

La dernière, c’était les pommes de terre maquaires.

Marie : je ne sait toujours pas comment on les cuisine

Christiane ne m’a pas donné la recette

Elisabeth : je te la donnerai moi, avec du rôti ardennais, c’est délicieux

Kata : si elles ne sont pas là dans dix minutes, on commence sans elles, la dernière fois, on a fini à 1 heure du matin

Valy : dis tu connais la nouvelle, Alphonsine a quitté son homme.

Adé : depuis l’temps qu’il la prenait pour un punching ball, il y a longtemps qu’elle aurait du faire ses valises

Marie : c’est malheureux, parce qu’il y a des enfants

Kata : en 1992 c’est honteux de se laisser traiter comme un vieux paillason, elle a bien fait et de toute façon elle gagnera plus

Elisabeth : 

c’est bien sur ça, elle va avoir droit à une allocation de chômage en temps que chef de famille 

Valérie : vous en avez de bonne, l’argent ne fait pas le bonheur, elle l’aime

Adé : de là à se laisser battre, y a des manches à mettre

 

Sandy rentre : désolée, Ulysse vient seulement de rentrer du boulot.

Lorette : bien , et si on parlait un peu de cette ducasse

 

Virginie entre à son tour :

Elisabeth : c’est pire qu’un hall de gare ici !

Marie : et si on parlait de la ducasse

Kata : en parlant d’ducasse, on a retrouvé St Antoine ,c’t’année.

Elisabeth : tu rêves, on l’a perdu depuis la première ducasse en 87 , il y a peu de chance qu’il réapparaisse 

Valy : c’est quand même étrange, que veux-tu faire avec une statue de st Antoine

Adé : tu sais tout les goûts sont dans la nature

Marie : on n’a jamais pu expliquer comment elle s’était perdue en 87

Sandy : tu ne te souviens pas dans quel état sont rentrés les deux qui portaient cette statuette

 

Benoît : il y avait Denis

Tanguy : et Axel

 

Adé : ils avaient déjà commencé de vider le vin du Curé à messe, n’est ce pas Monsieur le curé ?

 

Le curé : pour sur, il ne restait rien dans la bouteille

 

Valy : et moi ! on m’a dit ! qu’ils avaient une bouteille d’alcool dans leur poche

Virginie : mais enfin perdre la statue de st Antoine, il faut le faire quand même

Elisabeth : et tu as mené ton enquête Sherlock

Adé : pour sur ; elle n’a que ça à faire .

Virginie : tu sais bien que ce n’est pas la copie que l’on a offert en 88 qui a étouffé l’affaire

Kata : surtout que depuis, on ne retrouve plus rien à Stambruges

 

Christiane entre : désolée, j’ai perdu mes clefs

Kata : qu’est ce que je vous disais

Adé : t’es pas prête de les retrouver

Christiane : vous avez déjà commencé

Elisabeth : on n’est encore nulle part  

Sandy : on a parlé de st Antoine.

Sabrina entre :

Hello : je ne reste pas longtemps, on m’attends en boîte ce soir

 

Tanguy : réunion le lundi : elle sort

Benoît : réunion le mardi : elle sort

Les autres : le mercredi elle sort

Le curé : le dimanche elle vient à messe.

 

Adé : mais t’es un cas d’nuit pardi

 

Lorette : revenons à nos chats, heu…… à nos moutons ;

 

Valy : on ne peut pas commencer, Sam n’est pas là

Kata : elle a sûrement perdu son chemin

Elisabeth : elle finira pas perdre le nord

Sandy : il serait temps de retrouver ce fichu st Antoine

Christiane : vous connaissez la nouvelle , Alphonsine est enceinte et c’est encore pour la ducasse

Adé : c’est tant mieux pour la relève, qu’ils en fassent seulement

Valy : oh toi ! on sait bien que tu ne ceux pas d’enfants.

Adé : les couches culottes, les caca popo, je laisse cela aux autres

Sandy : bon on revient à nos moutons 

 

Sam entre : j’ai encore oublié l’heure 

 

Benoît : la trotteuse va plus vite qu’elle

Le curé : 3 avé 2 pater

Tanguy : bien fait

 

Virginie : Cela fait la dixième réunion et c’est toujours à la même heure

En se retournant vers Sabrina

Sabrina , réveille toi

 

Elisabeth : tu es rentrée à quelle heure ?

Sabrine : je suis venue directe

Valy : tu ne t’es même changée ( en retirant une paille garnie de derrière les cheveux de Sabrina)

 

Marie : bon, et la    DUCASSE ! ! ! ! !

Vous voulez faire un spectacle , une fête de trois jours et après 10 réunion, tout ce que j’ai pu noter, c’est 1ère réunion ( en montrant son bloc de note)

 

Les garçons : on n’est pas encore sortis de l’auberge

 

Lorette : cette fois, nous sommes au complet

On y va ……….. Ordre du jour : le chapiteau

 

Kata : on va mettre un chapiteau pour finir

Elisabeth : tu as vu le temps qu’il fait en Belgique

Valy : on devrait prévoir le canon à chaleur tant que vous y êtes

Marie : Ah non ! on a décidé de mettre un chapiteau, on met un chapiteau

Virginie : cela fait 5 réunions pour ce fichu chapiteau, on ne s’est toujours pas mis d’accord ? pourtant il me semblait…..Adé : il serait peut être temps de le réserver

Sam et Sabrina : on a parlé d’un chapiteau

Sabrina : j’étais déjà partie alors……

 

Les garçons : en se levant : faire la java talallala

 

Sam : et qui c’est qui va le monter ?

 

Les garçons : voilà qu’elle est bonne la question

 

Kata : cette semaine là, je n’ai pas une minute à moi

RV chez jean louis, manucure banc solaire et surtout les boutiques, je dois trouver un petit quelque chose à me mettre sur le dos

 

Tanguy : la carte bancaire va avoir des frayeurs

Le curé : 3 avé et 2 paters

 

Christiane : en parlant de ça, j’ai fait un battée avant de venir,  je vais allé la mettre sécher.

Valy : Ah non , tu restes là

Qui ne sera pas là non plus la semaine de la ducasse

Virginie : écoutez…. C’est la période de la fête de mères, la fancy-fair , 

 

Les garçons : elle n’a pas que cela à faire

 

Sabrina : moi je sors et de la journée, je récupère

Adé : si j’ai bien compris, ce sera encore toujours les-mêmes

Sam : ah moi, je suis là

Elisabeth : en pensée, sûrement

Valy : physiquement….

Sam : qu’entends tu par là ?

Adé : pas trop longues tes phrases, pas trop longues

Sam : pfou….

Marie : moi je serai là, j’ai reporté mon stage d’équitation

Sandy : c’est très bien Marie

 

Les garçons en se frottant le bras : tatatata

 

Christiane : je suis la aussi, mais avant 4 heures, je dois préparer le souper, faire les devoirs

Lorette : bon récapitulons : tu notes Marie

Sam est là

 

Les garçons : ½ place

 

Adélaïde, tu parles tant des uatres, et toi tu seras là ?

 

Adé : avec mon marteau et mes vis

 

Benoît : tanguy prépare la trousse de secours

Le curé : je vais prier pour elle

 

Lorette : donc 1 avec Adé

Sam : et moi alors

Lorette : je reprends 1 avec adé

2 avec sam

Valèrie et toi ?

Valérie : Bien obligée

Lorette : donc 3 avec Valérie

Virginie tu n’es pas là

4 Avec Christiane avant 4 heures

et toi Sandy

Sandy : on se maquille quand ce jour là

Lorette : je ne sais pas

Je reprends

1 sam

2 adélaïde

3Marie

4 Valérie

5 christiane

6 Sandy

Elisabeth : moi je fais les courses pour les pizzas et le souper

Marie : Montage du chapiteau 6 personnes

 

Valérie : dis, tu nous prends pour des haltérophiles

Adé : t’as vu le poids de la bâche

Sam : on peux la découper en plus petits morceaux

Kata : ça sert à quoi, alors de mettre un chapiteau

Si vous rapiècez le toit, vendez des parapluies, cela rapportera plus que les frites

 

Tanguy : moi je veux voir ça, des nanas qui montent le chapiteau

Benoît : sans compter qu’il reste encore la scène

Le curé : je vais faire une neuvaine

 

Lorette : à oui ! à propos, qui pèle les patates, on ne s’est toujours pas décidées

Kata : après un manucure, excuse moi, la fécule de pomme de terre, très peu pour moi

Val : et moi je suis allergique

Vir : et moi je n’ai pas que ça à faire , la fancy fair

Les autres : la fête des mères

Sam : on peux acheter des frites congelées chez Lutosa

Marie : et les sous, on va les chercher où ?

Adé : dans les pattes des q’vaux

Sam : oh moi je disais ça comme ça, et tu vas trouver les chevaux où

Adé : vois cela avec Marie

Valérie : reposes toi Sam , tu as suffisamment parlé  pour aujourd’hui

Sam : Mais je tiens la forme

Sabrina ( en se réveillant) : t’es en forme, tu sors avec moi ?

On en est ou de la réunion ? ( en se tournant vers les garçons

 

Les garçons : aux frites

 

Sabrina : oh cela n’est pas pour moi ( elle se rendort)

Lorette : les frites…. A voir à la prochaine réunion

La buvette

Sabrina : ah ça c’est pour moi et je demanderai à Delphine de tenir le bar avec moi

Kata : enfin un point de régler

Marie , note svp, en dessous de 1ère réunion, 10ème réunion, bar, ok , Sabrina et Delphine

Elisabeth : pas de cocktail dans le bar, trop cher pour la ducasse

Adé : il faut prévoir plus de bière que de coca

 

Christiane : et la réunion des chefs de groupes, c’est pour quand ?

Sam : Oh moi, je na vais pas, ils me fatiguent, ils ne sont jamais contents

Marie : content ou pas, c’est le même prix, le comité, c’est nous

Christiane : ne soit pas si dure, il y en a qui ne sont pas exigeants tout même.

Kata : on peut les compter sur les doigts d’une mais

Adé : et si tu rencontres le chef de file des calamités, tu dégages, vite fait bien fait

Elisabeth : tu te souviens du foin qu ‘elle a fait la fois passée.

 

Les garçons :

Benoît : paraît qu’elle n’a plus été invitée

Tanguy : elle l’avait bien cherché

Le curé : 3 paters et 2 avé

 

Lorette : alors réunion des chefs de groupe , lundi prochain

Qui sera présent ?

 

Les garçons :

Tanguy : rebelote

Benoît : la chaise musicale

Le curé : ( les gens vont dire ) 2 paters et 3 avé

 

Christiane : moi , je veux bien

Virginie : oui, j’aime bien les films d’action

Kata et adé : nous aussi, on amène l’huile sur le feu

Marie : je ne pourrai pas, j’ai une leçon au manège

Sandy : moi non plus

Valérie : vous pouvez compter sur moi, on ne sera pas de trop

Sabrina : moi, je sors

 

Les garçons : le lundi, le mardi 

 

Elisabeth : j’y serai, il faudra parler du souper

Lorette : ordre du jour prochaine réunion,

Il reste les frites, la scène, la sono

Christiane : ne pas oublier les WC.

 

 

 1993 Tous à Stambruges avec Tintin

1994 Les Tropiques

1995 La Provence

1996 Fantastique et Imaginaire

1997 Stambruges fait son cinéma

1998 La Route des Epices

1999 La Musique

2000 Le Cirque

2001 Le Carnaval

 

ACTE  3  2002 Rétrospective des 15 ans

réunion des chefs de groupe

 

Lorette : Tout le monde est là ?

Puisqu’à Stambruges , un secret est polichinelle, et que les nouvelles vont plus vite que l’éclair,

laissez-moi d’abord vous présenter notre nouvelle Présidente élue par le pouvoir de la chaise musicale, lors de notre dernière réunion de comité.

 

Valérie : Chaises musicales, tu parles d’une façon de voter, je suis restée une semaine à m’asseoir sur une bouée, tout ça parce qu’Adélaïde m’a poussé.

Mais c’est bien fait, ta sœur t’a coiffé au dernier tour.

 

Adélaïde : dommage que tu n’es pas tombée su ‘t ‘langue, ça nous aurait fait des vacances.

 

Lorette : la parole est à Virginie , notre nouvelle présidente

Applause

 

Adé : toute façon, elle n’a que ça à faire !

 

Virginie : Merci……merci……

Entrons de suite dans le vif du sujet , le thème  de l’année ,décidé  par le comité, et  puisque nous fêtons notre 15 ème année de ducasse,  sera une reprise des thèmes des 15 dernières années.

Avez-vous déjà un avis sur la question.

 

Aurélie filles de satan :  notre groupe a décidé de représenter l’imaginaire

 

Valérie : ben toi, tu ne manques pas d’air, tu aurais pu attendre d’en avoir discuter ensemble

 

Charlène : p’tit bou : oh ! ben ça alors ! c’est toujours la même chose, je voulais choisir ce thème, avec les petits c’est plus facile,  Alice au pays des merveilles, Peter Pan

 

Delphine : oui et cela leur irait très bien aux enfants

 

Aurélie : de toute façon, j’ai déjà les costumes

 

Kata : faudrait vous décider et pas dans 6 mois

 

Charlène : si tu as les costumes,  comme d’ab !  évidemment les autres n’ont qu ‘à prendre ce que madame veut bien laisser ( en se levant)

 

Virginie : allons un peu de calme, ne vous battez pas, restez assis , 

 

Delphine : charlène à raison, chaque année c’est pareil

 

Sabrina entre : bonjour tout le monde (bises)

 

Valérie : ben tu avais dit que tu n’assisterais pas à cette réunion

 

Collyne : viens t’asseoir ici il reste une place

 

Delphine : comment tu n’es pas sortie ce soir ?

 

Sabrina : je suis arrivée à la porte de la discothèque, il y avait 2 piquets de grêve

Alors tant qu’à faire, je me suis dit qu’ici, il y aurait un peu d’ambiance ;

 

Ashley : et pourquoi une grêve ?

 

Sabrina : les horaires il paraît , beaucoup trop d’heures sur le W E, surtout que nous, on arrive le vendredi à 22 heures et que l’on repart le lundi à 7 heures du mat, juste pour aller travailler.

 

Elisabeth : je te le dis ça leur fait 57 heures dans les jambes

Mais comment tiens tu la route

 

Sabrina : j’ai mon matériel de survie, sac de couchage, barres multivitaminées 

Et nécessaire de toilettes.

 

Virginie : bon, revenons à nos moutons , et pour avoir l’opinion de chacun d’entre vous, on démarre un tour de table. A toi collyne :

 

Collyne les stambrugeoises : le groupe des stambrugeoise aimerait défendre le cinéma, le problèmes c’est nos costumes que l’on ressort chaque année, pour Dracula , ce n’est pas vraiment ça . 

Pour notre autre passage sur scène : la mer, et Titanic.

 

Adé et valy : Bande de copieur.

 

Virginie : est-ce que ça va pour tout le monde , ……

Les autres : pas le choix, bien obligé, 2 passage ? ? ? ? ?

 

Virginie : allons on continue :

 

Lucile les calamité : on continue, on continue, de toute façon, on sera encore les derniers servis, les restes….. comme d’hab

 

Kata : de toute façon les calamités, elles ne font que ce qu’elles ont envie alors

 

Elisabeth : on continue ! ! ! ! !

 

Christiane vers charlène : et toi , charlène , pour les p’tits lou ?

 

Charlène : qu’est ce qui reste de bien pour les petits, le cirque, la provence, ah ! non, tiens le carnaval, j’irai copier celui de Basècles.

Ok, je prends le carnaval.

 

Virginie : adélaîde , as-tu noté ?

 

Adélaïde : mais tu me prends pour une sotte, bien sur que je note

 

Kata : te nommer secrétaire du comité a été la plus belle affaire et d’ailleurs la seule pour un peu modérer ton clapet.

 

Adélaïde : je te signale, Madame, c’est pas ça qui va me faire taire ! ! !

 

Delphine al capone : faudrait en nommer plusieurs d’abord, à commencer par valérie, et peut être bien Toi Kata.

 

Aurélie fille de satan : on reprend, on reprend, je voudrais bien voir les experts à la télé.

 

Virginie : et toi Adeline (soprano)

 

Adeline soprano : la musique évidemment

 

Lucile calamités : pas trop long cette année, ça a duré ½ heure l’année passée

 

Adeline soprano : il faut le temps qu’il faut, 

 

Ashley tapioca : tintin, Tintin au sénégal avec du Djembé

Et pour notre autre passage sur scène , de l’oberbayen.

 

Virginie : ca va pour tout le monde ..

Les autres oui, oui oui ….

 

Delphine : on est fauché au comité ? ? ?

Sabrina : mais non , pourquoi ?

 

Valy : c’est moi la trésorière, c’est à moi que tu poses la question

Non,,,, on n’est pas fauché , t’as encore besoin de quoi ? ? ?

 

Delphine al capone: on n’a même pas encore eu à boire

 

Elisabeth : minute papillon, je viens de mettre chauffer l’eau pour le thé.

C’est pas parce que l’on nous appelle o quatro poivrots……… ( en présentant la pancarte) que je tire plus vite que mon ombre, et puis, tu pourrais te lever aussi…. ;

 

Virginie : bon un peu de calme

 

Delphine    al capone : et si tu crois que je vais boire ton eau chaude sans l’améliorer ( en sortant une petite bouteille d’alcool de sa poche)

 

Virginie : et toi solène ?

 

 

Solène siciliens : comme on a déjà une gondole , ce sera l’europe et l’Italie

 

Adé : laisse les gondoles à venise, le printemps sur la tamise, on est si bien  lalalal

 

Sabrina : arrête tu va faire pleuvoir

 

Val : oui tu as raison, sans compter que votre gondole, faudra peut être la réviser

 

Kata : une gondole chargée sur un pick up , pas du plus bel effet ! ! ! !

 

Solène siciliens : juste une mésaventure mais il faut toujours que vous en rajoutiez. La gondole, c’est un peu notre carte de visite et on y tient.

 

Val, je ne voulais pas te vexer, c’était pour rire, 

 

Kata : elle a raison , elle fait partie du folklore de Stambruges maintenant .

 

Lorette : bon et vous al capone qu’allez-vous faire ?

 

Delphine al capone : nous, …..tant qu’on boit……

La route des épices, pardon, la route du rhum je pense que ça va faire…

 

Virginie : puisqu’on a fini pour le choix du thème, passons aux musiques

 

Lucile calamités : et nous on compte pour des prunes ! ! ! ! ! !

Comm d’hab ! ! ! !

Au cas ou cela vous intéresserait, …..3 passages

On a déjà les musiques, les costumes et même les choré

Tutuu, on me laisse parler tututut

la provence et les gendarmes  les gendarmes et les gendarmettes, les gendarmes et les extra terrestres , pour finir,les gendarmes à new york

 

Les autres : les gendarmes en balade, les gendarmes à st tropez, le gendarmes se marie, 

 

Kata : tu prends pas ? ? ? ? ?

 

Adéla¨de : rien que pour les calamités, j’ai rempli l’cahier , tu ne trouves pas que tu exagères un peu

 

Virginie : alors cette fois, c’est d’accord.

  Ouf ! ! ! !

 

Lorette : attention de ne pas dépasser 6 minutes par passage

 

Sabrina : alors pour les soprano, c’est loupé

 

Valérie : parce que tu crois que pour les siciliens, déjà le fait de monter la gondole sur la scène, tu vois ce que je veux dire

 

Kata : et là pas de pick up ! ! ! !

 

Virginie : alors, passons au point musique

 

Delphine Al capone : elisabeth, je crois que ton eau elle s’est évaporée

( un petit coup) :

Elisabeth : mooooh où ais-je la tête ? ( en se levant pour remettre une bouilloire)

 

Adé : mèzi chufflo à la bouilloire, on l’entendra d’ici

 

Valy : allez re tour de table pour la musique 

 

 

 

Aurélie  les filles de satan : imaginaire et capitaine flamme par chantal goya

Tout le monde  chante capitaine flamme

 

Collyne : les stambrugesoise : pour nous, la musique du film dracula  environ 10 minutes

 

Lorette : il faudra voir à réduire ce temps là

Collyne : ah ça non alors, on ne passe pas trois fois nous !

  

Lucile calamité : est c’est encore moi que tu attaques, attention tes ossiaux ! ! !

Delphine al capone : voilà qui devient intéressant

Aurélie les filles de satan : elle disait ça pour rire c’est figuratif

Ashley :tapioca : en se tournat vers Lucile : Chantal Goya a chanté capitaine flamme

 

Lucile : laisse tomber, ça leur va comme un gant

 

Aurélie : élisabeth, je crois que l’eau est chaude

 

Delphine : fais attention de ne pas te brûler

Les autres : capitaine flamme

 

Adeline : à toi charlène , il est déjà 9 heures

 

Charlène les p’tits lou : rio et brazzilia carnaval , environ 8 minutes

 

Kata : t’as vu, (vers lorette et virginie), je savais bien qu’il fallait dire 6 minutes, ils en rajoutent chaque fois,

La prochaine fois, on parlera de 4 minutes et ils en feront 10 maximum

 

Adeline : soprano : nous, un meddley chanté environ 15 minutes

Heu heu, quand on chante, on ne voit pas le temps passer et c’est vaste la musique

 

Adé : pas de bis alors ! ! ! !

 

Ashley tapioca : donc du djembé pour Tintin au Sénégal

Et de l’oberbayen pour Tintin chez Lallemand

 

Kata : Edith   ou    judith ? ? ? ?

 

Val : tu savais que Fabian avait été une des premières sorcières

 

Adé : il n’aurait jamais du quitter maintenant qu’ils font de la télé… ;

 

Sabrina : et si on revenait à nos moutons ?

 

Val : à la sam : et ils sont où les montons ? ? ? ?

 

Sabrina : je le lui dirais, ça je ne vais pas le rater.

 

Solène et les siciliens : le rital barzotti pour un sicilien en ribaude à Venise , là c’est facile pour nous, on va copier Sabrina 

L’autre passage , (chanté ) maman les petites gondoles qui vont sur l’eu ont-elles des jambes ?

Mais non mon gros béta, elles ont pris feu au pied l’etna

 

Delphine al capone : donne du rhum à ton homme et cayenne

 

Adé : après….. coma….éthylique

 

Lucile les calamites : 1er passage E T  les extraterrestre

2ème passage les nudistes et deshabillez moi

3ème st tropez, do you, do you st tropez

 

Lorette :le temps ?

 Lucile : 10minutes à chaque passage

 

Virginie : bien voilà on a terminé enfin.

 

Sabrina : et saint antoine est ce qu’on l’a retrouvé ?

 

Adé : child focus 110

 

Elisabeth : bien sur que non, et c’est pas faute d’avoir chercher.

 

Virginie : le mot d’ordre encore cette année ce sera de la retrouver

 

Lorette : j’espère que comme chaque année, le comité pourra compter sur l’aide des bénévoles pour aider les cinq jours de ducasse

 

Virginie : le tableau d’occupation est  chez le boucher

 

Adé : mettez de l’encre visible cette année

 

Valérie : et l’ordre de passage des groupes sur scène et du cortège

 

Virginie : ce sera pour la prochaine réunion dans 15 jours, Tintin et Laurent seront là.

 

Elisabeth : qui veut à boire ?

 

2003 La Gaule

2004 Les Grandes Inventions

2005 175 ans de Belgitude

2006 Les Années 60

2007 Le Western

 

Théâtre Acte 4  2008  Les Jeux Olympiques en Chine

 

 

Préparation ducasse 2008

Lorette : bien contente que cette ducasse soit finie, je suis complétement lessivée

 

Delphine : Bon et si on buvait un coup là dessus

 

Adé : qué bonne idée !

Lucile : pas piqué des vers le thème de l’année prochaine

Ashley : Nous ne sommes plus là l’année prochaine, c’était notre dernière ducasse

Aurélie : les jeux olympiques, on est ici autant sportifs que des vers luisants sur un bâton

Marie : je vois mal les soprano chanter avec l’accent chinois, ça va être la galère

 

Solène en se tournant vers Sabrina : alors nouvelle Présidente, qui du comité a encore eu cette idée géniale ?

 

Sabrina : cela doit rester secret, mais le choix a été voté à l’unanimité.

 

Charlène : avec les petits loups, cela va être du sport de leur trouver des chorés adaptées

 

Collyne : pas question de faire des tartes pour le samedi, et des bols de riz, à Stambruges personne n’en voudra

 

Delphine : par contre, un alcool de riz, genre Sakè , à distribuer , sur la brocante le samedi matin, c’est envisageable

 

Virginie : vous n’êtes jamais contentes, je suis bien heureuse d’avoir remis mon tablier de présidente

Adé : et pourtant, t’avais qu’ça à faire

 

Sam : on a changé de présidente ?

Marie : comme si tu ne la savais pas, c’est Sabrina maintenant

Elisabeth : pour ce que ça nous change, une qui n’avait pas que ça à faire et l’autre qui n’est jamais là.

Sabrina : tutut, je ne sors plus le lundi à cause des réunions

Christiane : il faut avouer que cette ducasse s’est bien passée

Aurélie : oui, honnêtement avec le thème du far-west, c’était pas gagné d’avance

Sandy : bien dit ! ! ! ! mais 6 fois la même musique, c’était pas coton

Sam : en se tournant vers sandy, : tu t’es remise à crocheter ?

Lucile : n’importe quoi ! ! ! ! , tu veux une cornette ?

 

Delphine : remets ici un chti canon

 

Sabrina : une tasse de thé ?

Delphine : t’attendra bien encore un an pour que je me mette au thé, à la ducasse prochaine.

 

Solène : cette année, cela vous a plu, notre passage sur scène, au saloon ?, il est vrai que nous avions répété un peu plus que d’habitude

 

Adé : et le son était meilleur cette année

Delphine : j’ai beaucoup aimé le bar

Sam : moi, je n’ai pas tout compris

 

Aurélie : comment avez-vous trouvé le groupe dans le country ?

 

Marie : dommage que vous n’ayez fait qu’un seul passage

 

Aurélie : on envisagera pour l’année prochaine

 

Elisabeth : l’année prochaine il faudra surtout envisager les musiques, 6 fois cotonjonnn

Ça en devenait lassant à la fin, même si les orchestrations étaient différentes

Charlène : nous l’avions choisi en premier

 

Les autres : et alors ! ! ! ! !

Sabrina : voyons, un peu de calme, encore une tasse de thé ?

Kata : mets-y un peu de valériane, ils ne sont pas encore assez fatigués.

 

Charlène : en parlant d’être fatiqués, les petits l’étaient, on ne commence jamais le spectacle à l’heure

 

Christiane : c’est vrai qu’il faut toujours attendre la présidente pour commencer le discours

 

Elisabeth : évidemment il a fallu la rattraper au bar

 

Marie : un point que je voudrais soulever, c’est les décors, les soprano ont du scalper leur arbre, trop haut pour la scène

 

Lucile : c’est bien fait, c’était nous les indiens, fallait penser autre chose.

Collyne : on n’ a pas besoin de bataille rangée ce soir, arrête de râler.

Adé : t’es malade Kata, on ne t’a pas encore beaucoup entendue

 

Kata : bien parler c’est ne rien dire,

Et je vous signale que je n’ai pas voté pour le thème de JO

Je trouve cela déplacer …..

Sabrina : que veux tu dire par là ?

 

Kata : parler des chinois, alors qu’il réglemente leur naissance de bien drôle de façon

 

Sam : pas de sujets qui fâchent aujourd’hui !

 

Lorette : et toit Elisabeth, tu as déjà une petite idée pour le souper ?

 

Elisabeth : c’est vrai que le rôti ardennais cette fois, c’est hors course !

Les pizzas aussi d’ailleurs !

Sam : des nouilles peut-être ?

 

Lucile : et c’est toi qui dit ça ?

 

Marie : et pourquoi pas des nids d’hirondellesµ

Elisabeth : ça va pas non ! ! !

 

Sandy : beuuuurk, c’est dégue ! ! ! !

Sabrina : c’est au sens figuré les nids d’hirondelle

 

Kata : pas avec les oiseaux dedans…..

 

Christiane : est-ce qu’il y a eu des problèmes en cuisine cette année

 

Elisabeth : non, pas plus que d’habitude ,

 

Sabrina : tu te souviens du plaisir qu’on avait du temps de Babette , de nadette et 

 

Elisabeth : on évolue , en cuisine aussi….

 

Aurélie : il va falloir s’entendre au niveau des répétitions au préau, cette année, c’était quand même au petit bonheur la chance.

 

Ashley : nous ne sommes pas concernés, on répète chez ma grand mère

 

Délphine : et nous au café du coin ! ! !

Solène : pas de problème pour nous, pour ce qu’on a comme répétitions

 

Charlène : je répète à la maison, je n’ai pas à m’entendre avec les autres.

 

Colyne : nous cela fait des années que l’on répète au préau, c’est le vendredi

 

Lucile : c’est encore pour nous que l’on dit cela ?,,

Les autres, mais non bien sur que non

 

Aurélie : ça n’empêche que tu as essayé de prendre notre crénaux horaire

 

Lucile : tu ne manques pas d’air, tu débarques au préau cette année et tu voudrais y faire la loi

Mais tu rêves ! ! ! !

 

Sabrina : tutututu on se calme, n’oubliez pas que cela est plus que sympa que la commune mettes le préau à disposition et que Monique est plus que complaisante (bouquet de fleurs à Monique)

 

 

Adé : vous avez vu le cortège, une quenouille ce cortège

 

Lorette : heureusement qu’il y avait les sorcières 

Lucile ; parce que  sans eux, 3 ou 4 chars, cela aurait fait minable

 

Sandy vers Lucile :   tu ne l’as même pas fait le cortège, tu peux parler ! ! !

 

Lucile : oh la,,,,, excuse moi, d’abord on a offert de la tarte sur le parcours aux participants, parce que moi , madame, j’ai fêter mes 20 ans de ducasse

Point à la ligne.

 

 

Sabrina : tututut à voir de réorganiser la cortège à la prochaine réunion

 

Marie : et la brocante , personne ne dis rien sur la brocante

 

Aurélie : c’était plutôt arrosé dans notre groupe , la brocante, les petits vins à goûter, qué ambiance ! ! ! !

 

Delphine : vraiment pas sympa le temps qu’il a fait, j’avais ma criek qui prenait l’eau

 

Solène : notre loterie a bien marché, malgré le temps, c’est vrai que l’on a quand même pas tiré le gros lot

 

Lucile : on a été percées à vendre nos roses , pour manquer d’eau, elles n’ont pas manqué d’eau. elles ont été arrosées

 

Collyne : ça ne t’a pas empêché de boire l’apéro au chapiteau

Chez nous, les fers ont roulés, pizza, tartes, et même pim’s cette année, on n’a pas à se plaindre

 

Charlène : nous n’avons pas fait la brocante cette année, j’étais absente

 

Ashley : nous non plus, on a plutôt profité.

 

Christiane : pour revenir au spectacle , il faudrait féliciter la sono

 

Lorette : et Malik, il n’ya pas eu de panne cette année

 

Elisabeth : tintin n’a pas été mal non plus, la présentation du spectacle était parfaite

 

Adé : oui mais le concours, franchement les questions étaient difficiles, vous ne trouvez pas ? ? ?

 

Marie : pour le changement des décors, tout le monde a bien aidé, il n’y a pas eu trop d’attente entre les groupes

 

Kata : c’est vrai, il faudra penser à remercier tous les hommes de scène

 

Sandy : il y a encore un problème à résoudre, c’est la buvette durant le spectacle, qu’est ce que j’ai eu soif

 

Sam : ne m’en parles pas, j’ai voulu prendre un blanche à l’entracte, il y avait tellement de monde, que j’ai été servie à la fin du spectacle

 

Virginie : pas étonnant ! ! !

 

Solène : il y a encore un point dont il faudra débattre, c’est le garnissage des façades et le nom des rues

Lucile : depuis que l’on garde le même nom pour les rues chaque année, c’est de moins en moins garni

 

Delphine : et les panneaux sont encore toujours mis, ils vont pourrir

 

Aurélie : c’est vrai qu’il faut absolument concernés les campenaires

 

Collyne on n’a plus un thierry pour faire le porte à porte , en 20 ans bien de l’eau a coulé sous le pont

 

Charlène : il faudrait remotiver , encourager mais surtout informer un peu plus tôt le village

 

Ashley : c’est vrai que ce n’est pas en faisant le mort pendant des mois, que la ducasse va encore intéresser quelqu’un

Il faut que l’on s’y prenne un peu plus tôt

 

Lorette : c’est égal pour le montage et démontage du chapiteau, c’est toujours les mêmes qui s’y collent

 

Elisabeth : et la scène , pareil , toujours les mêmes chaque année, il va falloir recruter.

 

Sabrina : il faut que je vous annonce une très heureuse nouvelle

On a enfin retrouvé Saint antoine, 

 

Virginie : c’est pas possible !

Christiane : Alélouia

Sam : et qui est ce qui l’a retrouvé

 

Collyne : c’est moi, en me promenant dans le jardin d’annick ;

Elle l’avait flanqué dans un de ses parterre en mode de petit nain.

 

 

Kata : bé elle en a un de toupet celle-là

Publicités