Théâtre de rue : « El Péroû sans tiète » 2009

Théâtre de rue : « El Péroû sans tiète » 2009

El Péroû

 

pérou 2009 DSC_0667

 

D’autres brigands de la bande Nware

 

Pérou 2009 DSC_0659

 

 

 

pérou 2009 DSC_0672

Pérou 2009 DSC_0668

 

Les Commères accusatrices

perou 2009 DSC_0673

pérou 2009 DSC_0661

pérou 2009 DSC_0662

 

Pérou 2009 DSC_0663

 

Les Gendarmes

Pérou 2009 DSC_0675

 

 

 
Publicités

El pèroûe Sans Tiète

El pèroûe Sans Tiète

El bone Pèroûe sans tiète

La borne Pérou sans tête

El pèroue, avè s’binte de brigans,’twôt accusé d’avwô volé lès Vases Saints de l’Capièle dè Bons’cours a Pièrwéz, quil-ont toudi d’morés pierdus.

Le pérou, avec sa bande de brigands, était accusé d’avoir volé les Vases Saints de l’Eglises de Bonsecours Péruwelz, qu’ils sont toujours demeurés perdus.

Lès gées d’ètchi disin’tét qui l’s-avwôt étièriés ou pied dé l’Bone aux leûps ; èl grosse bone dè commune qui fait limite étér Harchies, Ville , Grandglise èyié Trambrise.

Les gens d’ici disaient qui l’avait enterré au pied de la Borne aux loups ; la grosse borne de commune qui fait limite entre Harchies, Ville, Grandglise et Stambruges.

On diswôt étou, qu’pace qué il avwot èté guiyotiné su l’Plache dè Mon, i twôt condanné a fait d’l’èrvènant et qui n’nwôt souvée la-drôla, mès sans tiète, pou li d’mander qu’on disiche des priyéres pour li.

On disait aussi, que parce qu’il avait été guillotiné sur le Place de Mons, il été condamné a faire le revenant et qu’il venait souvent là, mais sans tête, pour demander qu’on dise des prières pour lui.

Cha fait quèl’bone qu’on diswôt déd’vant el bone aus Leups a èté loumée êtou èl’Bone Pèroûe sans tiète.

Ce qui fait que la borne qu’on disait avant le Borne aux Loups , a été nommée la Borne Pérou sans tête.

Esplicâcion

El Pèroue ‘t-in spot qu’on dounwôt à in loumé Saudoyer, v’nu au monte à Ville, un des bras dwô dèl’Binte Nware, qu’à ravagé tous l ‘s-alétours avè ses associés au tempor dè l’Révolution Françèsse

Le Pérou, un spot (sobriquet) qu’on donnait au nommé Saudoyer, venu au monde à Ville, un des bras droit de la Bande Noire, qui a ravagé (rançonné) tous les alentours avec ses associés après la révolution Française

Il a d’moré a l’mon dou garte dou Prince dè Line su l’Kèmin d’Autrâche.

Il a habité une maison de garde du Prince de Ligne sur le chemin d’Hautrages.

Il a ène masse dès routes quèles travers’tèt l’bo d’Ville quèl’aboutit’tèt la ; cha fait qu’on arrive facilemin dè tous lès cotés a ç’maison la, pierdue au mitan dou bo a mi-k’min étère Autrâche èyié Tambrise.

Il y a une masse de routes qui traversent le bois de Ville qui aboutissent là ; ce qui fait qu’on arrive facilement de tous les côtés à cette maison, isolée au milieu du bois à mi-chemin d’Hautrâges et de Stambruges.

Dvée l’gardin, on a détierè des ossiaux , dès èsquèlètes, éyié su l’estoumake d’un, il avwôt ène tiète dè môr.

Dans le jardin, on a déterré des os, des squelettes, et sur l’estomac (poitrine) d’un, il avait une tête de mort ( un crâne)

El Pérûe a fini pa s’fait prène avè in sakans d’sès associès, èyié il a été quiyotiné (escourché) d’su plache de Mon, èl 5 dè juin 1807 avè sièt dè ses complices.

Le Pérou a fini par se faire prendre avec quelques uns de ses associés, et il a été guillotiné (étêter) sur la place de Mons, le 5 juin 1807 avec 7 de ses complices.

D’vèe l’tin, lès gées cwôyin’tét qu’lès chuns qu’avin’tét muché des yiârs et qu’avint’èté pèdus ou bè guiyotinés , d’vin’yét pou leû pinicion èrvéni su tière pou d’mandér qu’on disiche dès priyères pu eûsses

Dans le temps, les gens croyaient que ceux qui avaient caché de sous et qu’avaient été pendus ou guillotinés, devaient pour leu punition revenir sur terre pour demander qu’on dise des prières pour eux.

Cha vèt dire qu’i faut toudi biè fè

Cela veut dire qu’il faut toujours bien faire.

On loume les Câfes dou Pèroûe (é françés, excavation) ène anciéne parfonte carière au Carnwôt, buquant au Grand Route dè Mons a Tournai, d’lée l’Nouviau Rond, conte èl Bone Pèroûe sans tiète, d’su Ville Pommeroeul.

On nomme  » Caves du Pérou « , une ancienne carrière profonde du Carnoy, tapant à la limite) de la grand route Mons Tournai, à côté du Nouveau Rond, et contre la Borne du Pérou sans Tête , sur Ville Pommeroeul.

On dit qu’ch’est la qu’èl Pèroûe montwôt ses côs d’Jarna (plans d’mourdeûs) , avè ses omes

On dit que c’est là que le Pérou montait ses coups d’arnaques ( des plans de morveux), avec ses hommes.

Texte tiré du livre  » Stambruges Un peu du passé  » de Messieurs Antoine Gosselin et Jean Rolland, éditions 1939.

Merci à Monsieur Michel Raulier du commentaire ci-après

Bonjour,
Notez que « la borne du pérou sans tête » autrement appelée « borne aux loups » apparait sur certaines cartes du début du XVIIè siècle sous l’appelation de « haute borne ».
A proximité,des outils datant du mésolitique furent mis au jour dans les années 60.
Voila…voila

Michel

Écrit par : Michel Raulier | `2011-05-06 à 19.38:08 `